Lillehammer, ville des XVIIes Jeux Olympiques d'hiver où la France n'a pas particulièrement brillé avec 1 médaille d'argent et 4 médailles de bronze. Les tremplins (120 et 90m), appelés Lysgårds, sont les témoins de ces jeux. Construits pour les JO, ils accueileront les cérémonies d'ouverture et de clôture. Aujourd'hui, ils dominent la ville et sont toujours en activité, hiver comme été.

On peut monter le long du tremplin, en prenant les escaliers et gravir les 994 marches pour les plus courageux, ou prendre le télésiège pour les moins téméraires. Melchior et Malo ont bien sûr accepté le défi, avant de réaliser un peu plus tard que 994 marches, c'était presque 1000 marches... "What? thousands steps, you must be kidding..."  nous disait Melchior à mi-chemin. 

tremplins la montee des marches

Nous voici arrivés en haut où nous pouvons admirer les techniques de départ, d'impulsion, de vol et de réceptions de ces athlètes d'hiver en plein moi de Juin. 

tremplin 1 

tremplin 3 tremplin 2 

tremplin decolage 1 tremplin decolage

Pour certains, on espère que la fin c'est bien terminé... il semblerait que notre skieur ait pris le parking en guise de piste d'atterrissage... ceci dit, en redescendant, on n'a pas vu de flaque rouge... ce devait être une illusion d'optique... 

tremplin illusion d'optique 

La position de freinage est surprenante et diffère un peu de celle sur neige. Personnellement je préfère la position hivernale, même si elle n'est pas toujours à leur avantage.

tremplin freinage

Et en bon tourisme que nous sommes, nous prenons la pose avec la vedette du moment.

 le jumper

L'après-midi, nous partons visiter un musée où est reconstitué la vie des Norvégiens de 1200 à 1970, le Maihaugen (Colline de Mai, le 17 Mai étant la fête Nationale). Ce musée est l'oeuvre d'un homme, le docteur Sandvig, qui collectionnait les meubles anciens et les fermes démontables. Il eut l'idée de les rassembler dans ce parc, pour présenter le patrimoine culturel des Norvégiens, bien avant l'arrivée des touristes et des Jeux Olympiques...

L'église en Bois debout.

musee eglise bois debout

Le parc propose aussi des animations avec figurants. Ici, un soldat prépare ses propres cartouches et fond ses balles devant un public très curieux.

le militaire les explications de papa

On peut également essayer les uniformes et s'imaginer en pleine prise d'arme ou encore dans un peloton d'exécution... toutes les balles n'atteignent pas leur cible, il n'en suffit que d'une.

la garde nationale 1 la garde nationale 2 

Pour plaire à tout le monde, il y a aussi la maitresse d'école. qui nous a accueilli par un très glacial :

"Girls sit to the right, Boys to the left, all be quiet".

ça s'est bien passé quand même, on a évité les coups de bâton...

musee la maitresse

Nous finissons le musée par le train et son wagon postal où petits et grands ont pu découvrir les compartiments et la distribution du courrier.

musee le train

La fin de la journée est plus calme: un moment privilégié pour Bosco avec sa Maman, pendant que les grands font du trempoline avec leur papa.

le réconfort de Marine 

Enfin, notre auteur jette ses idées sur le papier, pour son prochain livre, un vrai Ken FOLLETT.

melchior summer diary summer diarry

 

Navy & Peter